Un Yin, un Yang, c'est le Dao.


Dans la pratique du Dao Yin, nous expérimentons la relation Yin-Yang à l’intérieur de nous-mêmes par la respiration et le mouvement.


Le mouvement s'exprime dans différentes directions dont celles du bas et du haut. Le Yin, « c’est » le bas, le Yang, « c’est » le haut. Cette affirmation n’a aucun sens dans ce contexte car le verbe « être », l’essence immuable des choses, est à l’opposé d’un processus en devenir : la seule chose qui ne changera jamais, c’est que tout est toujours en train de changer. Les notions de bas et de haut n'ont de sens que par rapport à un point de référence préalablement choisi. Ainsi, Yin est ce qui a tendance à aller vers le bas (comme l'eau), par rapport à Yang associé à ce qui a tendance à aller vers le haut (comme le feu). C’est ce flux, ce mouvement que signale Yin-Yang : une fois Yin, une fois Yang, c’est le nom par lequel est désigné le fonctionnement des choses, le Dao.


Chaque élément croît jusqu'à son apogée puis décline, révélant au fur et à mesure son opposé. En Dao Yin, quand le Yang pousse jusqu'à sa croissance maximum, le Yin apparaît. Tout situation est non seulement toujours composée d’un mélange de Yin et de Yang mais ce mélange est sans arrêt en train de se modifier. En Dao Yin, l'harmonisation de la respiration et du mouvement en est l'exemple.

Dans la pratique, Yang c’est ce qui est en train de monter et Yin ce qui est en train de descendre. Le mouvement ascendant du bras guidé par le dos du poignet tend vers le Yang car extérieur et éloigné du centre. Le mouvement descendant qui commence par les épaules, puis les coudes, les poignets et se termine à l’extrémité des doigts tend vers le Yin car intérieur et retournant dans le centre.


L’inspiration tend vers Yin parce qu’on assimile les choses de l’extérieur vers l’intérieur. L’expiration tend vers Yang car on expulse des choses de l’intérieur vers l’extérieur. Le mouvement devient Yang en s’éloignant du centre et la respiration devient Yin "en accueillant le neuf" à l’intérieur de soi (inspiration).


Le Yang a besoin du Yin qui le consolide, le soutient. Le mouvement devient Yin en revenant dans le centre et la respiration devient Yang "en rejetant l’ancien" à l’extérieur de soi (expiration). Le Yin dépend du Yang qui le régule.





Le Yang a besoin du Yin qui l’équilibre. Le Yin est stabilisé et équilibré par le Yang, ce qui signifie qu’il y a toujours du Yin dans le Yang et du Yang dans le Yin. Il faut équilibrer Yin-Yang pour ouvrir, fermer, monter, descendre, avancer et reculer. Le mouvement se fait dans la rondeur parce que le changement, le croisement et la relation Yin-Yang se font en forme de cercle.


105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout